J'ai 250.000 € en compte épargne, comment compléter mes revenus à l'âge de la retraite ?

Mis à jour : mai 31

Le monde du viager et de la banque privée se côtoient sans encore bien se connaître. En tant qu'expert en gestion de patrimoine, je me suis lancé dans le viager afin de répondre à un besoin exprimé par nos clients disposant d'un patrimoine inférieur à 500.000 €. Peut-être, comme je l'ai moi-même expérimenté, rencontrez vous des difficultés à conserver le capital de vos clients seniors tout en offrant une rente mensuelle indexée ? Sur base de l'exemple repris dans l'article, ci-dessous, vous découvrirez en quoi le viager est non seulement une opportunité pour vos clients mais également une alternative pour vous, gestionnaires de patrimoine.


La base de ma réflexion fut la suivante : il y a encore quelques années, la plupart des pensionnés disposant d'un capital retraite pouvaient aisément combler leurs besoins par le rendement de leur épargne tout en préservant leur capital. Par ailleurs, ce capital était également aisément transmissible aux enfants mais aussi à leurs neveux et nièces. Force est de constater que la donne a complètement changé depuis ces dix - quinze dernières années. Les raisons, vous les connaissez, c'est la chute du rendement sur les comptes épargne et des obligations (plus récemment) découlant de la baisse constante des taux d'intérêts à court terme. Le graphique ci-dessous réalisé par les équipes de l'OCDE* illustre parfaitement mes propos :


Dans le but de faciliter la compréhension, reprenons un exemple concret chiffré :

Emilie de Jambes

Émilie de Jambes était employée dans une banque, elle a aujourd'hui 72 ans. Celle-ci a acheté sa propre maison et s'est constituée un capital de 250.000 EUR grâce à son fonds d'épargne pension et à son caractère frugal. A cela s'ajoute un montant provenant de la succession de ses parents ainsi qu'une assurance groupe souscrite par son employeur. Voyons à présent ce que donnent ses rentrées actuelles. Nous nous baserons sur la retraite moyenne d'un employé belge aux alentours de 1.550 EUR tout en y ajoutant le revenu de son épargne. Comparons ensuite ces chiffres avec le rendement des carnets de dépôts au moment ou Émilie a commencé à épargner pour sa retraite, soit il y a une vingtaine d'années, par rapport aux rendements actuels :

Revenus / dépenses retraité belgique - PerpetuHome

Comme vous pouvez aisément le constater, par rapport au montant sur lequel tablait Émilie, celle-ci a un manque à gagner de 812 EUR. Émilie va donc devoir combler ce différentiel de 812 EUR ! Ce retrait mensuel a comme conséquence un effritement progressif de son capital. Par conséquent, le capital que souhaiterais transmettre Émilie à sa nièce Amandine se réduira comme peau de chagrin. Pire encore, que resterait-il du capital accumulé pendant tout une vie si Emilie venait à décéder sans avoir planifié sa succession ?


Voici 3 solutions possibles pour Émilie :

1. La gestion de patrimoine auprès d'une banque ou d'une compagnie d'assurance :

Dans son cas, avec 250.000 EUR, il lui est loisible de faire appel à un organisme financier spécialisé en gestion de patrimoine (vous) qui lui permettra non seulement de l'aider à gérer ses actifs mais également de l'assister dans la planification successorale en vue de transmettre son capital à sa nièce Amandine.


Émilie aura besoin de toute la compétence de son conseiller dans le but de faire fructifier ses avoirs en cette période de taux bas. Ceci, dans le but de combler les 812 EUR que ne peuvent plus lui rapporter son compte épargne.


Oui mais voilà vous connaissez tous les règles MIFID et son (probable) profil d'investissement. Vu son horizon d’investissement la cliente ne pourra sans doute plus dégager un montant équivalent à sa rente tenant compte de son capital et bien entendu son profil de risque.


2. Compléter ses revenus en travaillant :

Peu de gens sont au courant, mais en Belgique il est possible de continuer à travailler après la retraite afin de compléter ses revenus. L’État est bien entendu gagnant, car il récupère des impôts et des charges sociales sur le fruit de cette activité. Dans le cas particulier d’Émilie il lui est loisible, fort de son expertise, d'offrir ses services rémunérés et ceci sans restriction de temps ou de revenus (bien entendu ses revenus seront taxés en tenant compte également du montant de sa retraite). Pour en savoir plus à ce sujet voici un document réalisé par le Service Fédéral des Pensions intitulé :" Puis-je encore travailler si je prends ma pension ou si mon conjoint bénéficie d'une pension au taux ménage ?"

Nous pouvons nous demander si Émilie aura encore envie de travailler et dans l'affirmative pour combien de temps encore ?


3. Le viager, une solution encore trop peu utilisée en Belgique : Émilie a commencé à puiser dans son capital pour compléter ses revenus mensuels. Celle-ci ambitionne de donner une partie de son patrimoine à Amandine et prend conscience que si elle ne fait rien aujourd'hui il ne restera plus rien de son patrimoine au moment du décès. J'en profite pour rappeler à nos lecteurs l'importance d'une planification successorale. Ceci, d'autant plus s'il s'agit d'une transmission de patrimoine vers sa nièce qui n'est pas considérée comme étant une héritière en ligne directe. Dès lors, l'addition risque d'être salée pour Amandine si Émilie ne planifie pas sa succession (jusqu'à 70 % en Région Wallonne et en Région de Bruxelles Capitale dont vous trouverez les détails via le site des Notaires : cfr tableau) Mais ça aussi vous le saviez n'est-ce pas ?


Dès lors, Emilie décide de nous confier la vente de sa maison en viager occupé. Sa bien est situé sur les hauteurs de Jambes et nous lui faisons une estimation à 320.000 EUR.


En effectuant le calcul d'un viager occupé, sur base de son âge, PerpetuHome évalue son bouquet à 32.000 EUR lui permettant de reconstituer son capital de départ (250.000 EUR) ainsi qu'une rente mensuelle indexée de 800 EUR sur 15 ans. Dans le même temps, suivie par son banquier et son équipe d'estate planing, nos deux protagonistes pourraient envisager de se rendre chez le notaire. Il serait alors envisageable pour Émilie de transmettre tout ou partie de son capital de 250.000 EUR via une donation assortie d'un acte sous seing privé. Dans cet acte il y serait mentionné certaines clauses protégeant, par exemple, Émilie en cas de pépins médicaux ou d'un prédécès d'Amandine. La banque pourrait, quant à elle, assister sa cliente tout au long de ce processus et devenir le contact privilégié d'Amandine qui n'a probablement jamais eu à gérer tant d'argent.

Cette solution, celle du viager, accompagnée par le gestionnaire de patrimoine et son équipe de juristes pourrait être une solution gagnante pour tout le monde. Émilie disposerait du complément de revenu attendu tout en touchant un bouquet à la signature de l'acte. Amandine, sa nièce, bénéficiant d'une donation de sa tante éviterait ainsi les droits de succession sur le patrimoine tant mobilier qu'immobilier. Sans oublier le gestionnaire de patrimoine qui, accompagné de son équipe d'estate planning, pourrait s'occuper de la gestion à long terme des avoirs de la cliente et de sa nièce. Pour le gestionnaire c'est aussi une solution idéale pour se décharger de la responsabilité du paiement de la rente. En effet, dans ce cas de figure le paiement de la rente indexée incomberait à l'acheteur (débirentier).


Conclusions :


Malgré un environnement de taux bas des solutions existent, permettant aux pensionnés d'éviter de vider entièrement leur compte épargne pour compléter leur retraite. Dans l'exemple d’Émilie, cerise sur le gâteau, celle-ci pourra non seulement bénéficier d'un revenu complémentaire mais également de transmettre tout ou partie de son patrimoine en se prémunissant d'un accident de la vie via un acte sous seing privé signé chez son notaire.


Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à me contacter au 0490 43 71 16 et pour toute questions relatives au viager n'hésitez pas à consulter le site de PerpetuHome ou via e-mail à info@perpetuhome.be


Sources & Lexique :

  • * (OCDE) L'Organisation de coopération et de développement économiques est une organisation internationale d'études économiques, dont les pays membres — des pays développés pour la plupart — ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché.

  • Data OCDE

  • Revenus pension en Belgique

  • Compléter ses revenus de pension (SFPD)